Google

Trafic internet : Google et Facebook sont dans un bateau… avec les Telco
 

Mise en ligne:1 mars 2012
Partager sur Google+:
Réactions
 (Réagir)

Les grands éditeurs de services en ligne vont-ils se résoudre à payer davantage les fournisseurs d’accès pour bénéficier d’une meilleure qualité de service ? C’est le sens de discussions secrètes entre Google, Facebook et certains opérateurs.

Selon le webzine LightReading, les deux géants américains ont été récemment approchés par différents opérateurs de téléphonie mobile pour relancer les discussions sur le partage de revenus en contrepartie d’un niveau déterminé de qualité de service lorsque les utilisateurs de smartphones désirent accéder à leurs applications et les services.

S’exprimant lors d’une discussion à huis clos dédiée à la gestion de l’expérience client à Barcelone lors du Mobile World Congress, le dirigeant de l’opérateur StarHub a affirmé que l’un de ses cadres avait été approché par des « géants des services en ligne » pour explorer l’idée d’instaurer une telle relation.

Si les discussions n’auraient pas – officiellement – été engagé, le dirigeant [dont l'entreprise a annoncé la sélection de Mobixell pour optimiser la gestion du trafic data, ndlr] estime qu’il serait intéressant de voir si Facebook et Google seraient réellement prêts à partager leurs revenus pour obtenir un engagement de niveau de service garanti. Cela, alors que les premiers réseaux 4G à base de LTE entrent peu à peu en service commercial et avec eux, la promesse d’un très haut débit mobile dont il conviendra de maintenir la qualité de service attendue par les clients finaux.

Les relations se normalisent entre éditeurs et FAI

Les partisans de la neutralité du net ne manqueront pas de s’inquiéter à nouveau de ces relations privilégiées entre les géants des télécoms et du net.

En 2010, Google et l’opérateur Verizon avaient relancé la polémique lors de discussions sur la mise en œuvre d’une interconnexion privilégiée entre leurs deux réseaux.

Un incendie vite éteint par les spécialistes comme Raphaël Maunier, directeur technique de NeoTelecoms, habitués à discuter avec les grands injecteurs de contenus sur les réseaux d’accès fixes et mobiles.

« La démarche de Google est plus que logique. Il faut trouver le moyen de garantir une qualité suffisante pour ses services et il ne faut pas ouvrir la porte aux dérives/rumeurs en ayant un accord « secret », qui deviendra forcément public un jour » justifiait alors le directeur technique. Et ajoutait : « Verizon et Google étaient très certainement en cours de négociations et il est fort probable que leurs analyses lors de ces discussions aient pu aboutir à cette réflexion. Si vous fixez les règles dès le départ, cela permet de négocier avec des acteurs qui étaient relativement fermés à la discussion (ils sont de plus en plus nombreux). »

Les relations entre les réseaux d’accès fixes/mobiles et les éditeurs de services en ligne seront inévitablement amenées à évoluer ces prochaines années.

Comme le précise Lightreading, les ennemis d’hier seront les amis de demain. Pour preuve, Facebook a annoncé cette semaine qu’il entendait collaborer avec les opérateurs afin de faciliter l’achat d’applications par les mobinautes en utilisant les plates-formes de facturation des opérateurs pour traiter la transaction.

A lire également : Pourquoi les FAI deviennent-ils CDN ?

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>